jeudi 26 janvier 2017

Pourquoi j'ai honte d'être mère (parfois)

HONTE quoi.

J'ai honte d'être assimilée à ces femelles couveuses qui ne parlent et ne vivent que via "leurs trésors, leurs souffles de vie, leurs perles, leur oxygène, _________ " (Rajoutez un synonyme de votre choix.)

J'ai toujours l'impression (et à force il m'a bien fallut admettre que ce n'était pas qu'une impression...) que j'ai 3 trains de retard. Quelques exemples sont là pour vous indiquer les situations gênantes dans lesquelles on peut se trouver quand on est une mère plutôt pas comme les autres.


Situation de honte n° 1 : T'es en soirée avec tes potes, tu bois, tu ris, et là ta copine-maman-reloue te regarde avec ses yeux soit-disant compréhensifs et lance, en t'incluant dans la phrase "Ils nous manquent nos p'tits bouts quand même hein ?" Euh... Pardon ? Elle est bourrée c'est ça ?
MAIS PUTAIN NON ! Laisse moi ! Parle pour toi ! Moi j'suis bien là, merde !
Pourquoi il faut que tu m'inclues dans ta vie de merde ? Et voilà, super, tout le monde me regarde d'un air condescendant compatissant maintenant et je vais être obligée de faire semblant d'être songeuse pour pas passer pour la mère fouettard. Pas merci.

Situation de honte n° 2 : A la terrasse d'un pub le soir avec les copines. Ta copine-maman-reloue se lève de table, il est 22h30, et dit à l'assemblée : "Désolée je dois y allée, Noé se lève tôt demain, j'ai des obligations, hihi ! Bonne soirée, bisou !". Tous les regards se tournent vers toi l'air de dire "Et toi, Alice elle se lève tôt aussi non ? Mère indigne." ... "Ouais mais moi je préfère me mettre la race et la laisser à ses grands-parents demain tu vois". Non, non Aude, ne dis rien.

Situation de honte n°3 : T'as passé le week-end à t'ivrogner et à te faire des soins des pieds pendant que ta poulette a regardé 6 fois d'affiler "Les Aristochats" : un bon week-end quoi. Quand "Béa" arrive et te montre les photos de sa reproduction du Louvre en pâte-à-sel, réalisée avec ses 4 "merveilles" dimanche après-midi. Tu sais, ce même dimanche où toi tu suppliais ton unique gosse de LA FERMEEEER MAMAN DÉCUUUVE MEEERDE !!! Voilà, ce dimanche là...

Situation de honte n°4 : Sur les frigos des parents biens, y'a TOUS les dessins de Prodige-né depuis qu'il est venu au monde. Moi, j'en ai jeté 9 sur 10... Non mais c'était moche, j'vous jure.

Situation de honte n°5 : 17h. Tous les parents arrivent à l'école pour récupérer leurs enfants, comme des robots fourmis, ils se dirigent là où se trouve leur gamin. On est en janvier, et je sais toujours pas où est sa classe...

Situation de honte n°6"Tu sais les gosses, faut les laisser s'exprimer, ça les épanoui. Tu vois là par exemple, Killian hurle mais c'est pour extérioriser son mal-être intérieur profond. C'est son auto-psychothérapie tu vois ?" Putain la mienne elle a même pas le droit de hausser le ton seulement. "Ah mais si si, tu DOIS la laisser faire. Comme pour les objets tu vois, même s'ils cassent, c'est pas grave, c'est l'apprentissage". T'as raison ouais, pose un doigt sur la télécommande j'te dévisse la tête. "Mais la fessée est interd..." PAN PAN !

Situation de honte n°7 : "KEEEUUUUWWWAAA ???? T'as jamais amené ta fille au manège alors qu'elle va avoir 3 ans ???!!! Mais LA PAAAUVRE !! C'est trop porrible, c'est trop pignoble !" Ah. Ok, pardon, vraiment, je savais pas que c'était vital et que ça rendait les gosses vachement plus heureux et intelligents. De toute évidence ça a pas l'air de fonctionner avec les tiens en tous cas. Allez bisou, je dois y aller j'ai rien à faire !

Situation de honte n°8 : - "Ouais Aude c'est Nath', ça te dit qu'on aille au parc amener les gosses cet aprèm ? Tu sais, ils jouent ensemble et comme ça nous on est deux aussi, on se fait moins chier !" 
- Ok, je prends un pack de bière ? Il fait beau, on pourra...
- Non mais Aude, pas avec les enfants, quand même allons...
- Ah. Bon beh du coup j'te laisse Alice s'tu veux ?
Biiiip... Biiiip... Biiiiip..."  Nota bene : Penser à supprimer Nath' du répertoire.


La moitié des lecteurs de cet article vont se vexer car ils vont se reconnaître, l'autre moitié va appelé la DDASS. Mais je voulais quand même vous dire que malgré tout ce que je fais (apparemment..) SUBIR à ma fille, elle est calme, gentille, câline, elle ne touche à rien, même chez les autres, elle sait qu'elle n'a pas le droit. C'est une sale gosse comme les autres, elle a son caractère (de merde), mais on essaie de faire en sorte de pas être évités par la totalité de notre entourage pour cause de mouflet relou.

Dans tous les cas et une bonne fois pour toute : que chacun se mêle de son trou de balle, (nous et) nos enfants ne s'en porteront que mieux.

Bisou !

samedi 21 janvier 2017

Bilan 2016 : coaching, perte de poids et cheminement vers le "moi en mieux"

Non j'te rassure de suite, j'ai pas viré "healthy-fit-mes-couilles-en-shorty". Je suis bien trop débauchée pour ça.
Mais on est toujours en janvier, j'ai LE DROIT de faire un article-bilan.

Plutôt que de faire un billet sur les bonnes résolutions à venir, j'ai préféré en faire un sur celles que je n'ai pas tenu en 2016.