samedi 24 juin 2017

Juillet / Août : mes objectifs.

A force de me bouffer les sangs pour X et Y, de penser aux problèmes et aux soucis de chacun, je me suis complètement, totalement zappé. Mais plus que jamais.
Je ne fais plus à bouffer ni rien à la maison, je ne prends plus de temps pour ma fille, je n'appelle plus les gens important pour moi, je ne passe plus voir ma famille : bref, je deviens une grosse merde.

J'ai décidé, encore une fois, de me fixer quelques objectifs pour l'été. Mes horaires étant plus souples, je pense avoir du coup plus de temps pour, pardonnez-moi l'expression, me mêler de mon KU.


En vrac, une liste non-exhaustive que je compte rayer en totalité d'ici fin août :

  • finir mes livres en cours (il y en a 5, c'est jouable à l'aise).
  • faire un gâteau avec ma poulette, l'amener à la plage, lui apprendre à compter jusqu'à 30, commencer à écrire l'alphabet. (si tu te poses la question, ce n'est absolument pas pour en faire un petit singe savant de 3 ans juste avant la rentrée, mais bien parce-qu'elle me le réclame et ma réponse est toujours la même : "une autre fois Alice !")
  • passer voir les tontons-taties au moins une fois par semaine
  • ne côtoyer que des gens agréables, positifs, bienveillants et méritants
  • refaire un (ou deux) live sur Instagram parce-que vous me faites du bien ♥
  • monter, remplir et profiter de la piscine au maximum, bronzer et kiffer : rien foutre !
  • perdre 3 kilos (ouais, ça ce sera mon objectif à vie j'crois...)
  • soigner mon intérieur, être un peu plus organisée sur le ménage et le rangement (j'ai déjà fait un pas énorme depuis janvier, vraiment. J'ai trié les fringues, jeté, donné, vidé les tiroirs, trié encore... Le livre de Marie Kondo m'a beaucoup aidé. 😊 Si comme moi vous êtes bordélique à tendance procrastinatrice, je vous le recommande !)


  • être un peu plus active sur le blog. C'est un peu chaud, j'ai l'impression que j'ai déjà traité tous les sujets qui m'intéressent. Si vous avez des idées... 
  • faire un skype-apéro avec ma chère amie Lucie, qui vit au Japon
  • organiser une journée-copines : apéro-grillades-piscine à la maison
  • câliner ma p'tite Zaza, qu'on délaisse un peu en ce moment aussi. 
Allez, je m'arrête là. C'est pas l'envie qui manque, mais si j'ai les yeux plus gros que la teub je vais le regretter.

Rendez-vous fin août !

lundi 19 juin 2017

Gazouillis et charabia #2

C'est extrêmement étonnant vu le niveau intellectuel du foyer mais Alice a parlé très tôt. (je sais, calme toi, ça veut rien dire). Son premier mot, et je n'en suis pas peu fière, fut, à quelques mois seulement, "gras". Impossible alors de renier mon enfant, la chair de ma couenne.

Depuis qu'elle parle, elle zozote. "Ze peux avoir..." "Les saussures", "Le petit sa" et autre "T'es pas zentille". Je suis tellement gaga de ce petit défaut d'orthophonie que je sais déjà que ça va me manquer le jour où ça lui passera.

En revanche, elle a vraiment des soucis de conjugaison, de grammaire et de construction de phrase... "Mais elle n'a que 3 ans !" Je sais. Mais faut bien que je trouve des sujets d'articles.

L'an dernier j'avais écrit celui-là sur le même sujet, et même si les progrès sont flagrants, une phrase simple peut très rapidement partir en couille.
Par exemple, "Aujourd'hui à l'école j'ai joué avec mon copain Louis, nous avons bien ri". se transforme en : "Hé beh moi hier dans la petite cour ze m'est asseyer avec mon copain Louis mais Enzo il m'a poussé alors z'ai fait un grototo comme ça "beuuuurp" et c'était trop déboûtant tu sais maman ? Alors après Louis il a tapé une baffe avec ses pieds parce-qu'il n'était PAS content, oh non non non, parque moi ze lui prête ma guitare quand ze suis une grande fille ! "...


Je me mets alors en PLS, la larme à l’œil, et je tiens bien fort mon chapelet au dessus du Bescherelle en pleurant.
Puis, quand j'ai séché mes larmes, je note ses mots approximatifs/confondus/inventés :

- "Ze peux écrier ?" => le verbe écrire, donc, façon premier groupe. Je la comprends, c'est le mieux le premier groupe.

- "Il est où mon café Peppa ?" => comprendre "la tasse" Peppa Pig.

- "Petit ours brun il est excrément coquin !" => Sûrement un mélange de "sacrément" et "extrêmement"... à moins qu'elle ne veuille vraiment dire que ce con d'ours se comporte comme une merde.

- "Essaie de pas de m'attraper !" => Oui, tu peux la relire, même Alice galère a dire cette phrase, et pour cause : ce n'est absolument pas la bonne. Pourquoi faire simple quand on peut faire absurde compliqué ?!

- "Maîtresse elle m'a punie au coin, et ça c'est trop la cata' !" => Cette phrase est juste, mais elle m'a fait tellement rire. ♥

- "T'as vu maman mes beaux tétés ?" => Celle-là aussi... ^^


C'est tout pour cette année.
Ça fait environ deux semaines qu'elle se force à dire les "ch", et j'ai presque envie de la forcer à continuer de dire "les zolis ssevals !". #LesEnfantsNousRendentCons
Nous verrons ça l'année prochaine ! 

mercredi 31 mai 2017

Lettre ouverte à mon triple-menton.

Cher petit enculé,


Voilà environ 33 ans que nous cohabitons et, à ce stade de notre situation, je pense qu'il est temps de se dire les choses. 

Tu sais, en tant d'années, j'aurais pu m'être habituée à toi, à nous, mais même en comptant sur le syndrome de Stockholm, (dont le ravisseur tu l'auras compris, serait... toi), rien, nada. Je peux toujours pas te saquer. 
Tu t'incrustes sur toutes mes photos, même celles où j'essaie un temps soit peu de me la raconter : rien à faire, je me retrouve avec un goitre dégueulasse. T'es vraiment pas photogénique en plus putain, pourquoi tu t'acharnes ?

Sans déconner ?
Déjà enfant, tu t'engaillardissais d'être pincé par toutes ces vieilles dames, qui se régalaient de me "complimenter" à grands coups de "Ooooh mais qu'elle se poRte bien cette petite !", roulage de "r" à l'appui... Mais ça, encore, si j'avais su, ce n'était rien... 

Te souviens-tu de cette fois où nous avions ramené ce charmant jeune mâle à la maison ? Tout était parfait : la température, mon épilation et mon degré d'alcool... mais il a fallut que tu gâches tout. En effet, tu t'es ligué avec ton meilleur ami, ton frère jumeau, ton acolyte : mon bide ! Et, lorsque mon prince charmant a cru touché mon sein, il s'est aperçu qu'il pelotait en fait mon ventre. Oui. Alors je vous ai entendu rire, tous les trois... pendant que je me jurais sur ma tête de me mettre dans la seconde au régime draconien, à un abonnement drastique à la salle de sport et aux smoothies-healthy-fit-natural-body-shape-ta-gueule. 

Une semaine plus tard, le sentiment de honte enterré et les résolutions oubliées, je sirotais une bière-pression sur une terrasse ensoleillée, accompagnée d'un nouveau prince, ventripotent cette fois et choisi avec soin. Tout se passait à merveille jusqu'à ce que ce petit enfoiré de mes deux n'ait rien trouvé de mieux à sortir que "C'est cool, on est gros tous les deux, je crois que c'est la première fois que ça m'arrive ! (rire gras et triple-menton qui ballotte)"
J'ai cligné des yeux 15 fois d'affilées pour être sûre d'avoir bien entendu, ai fini ma bière cul-sec et... on est allé chez lui.
OUI J'AI DE L'HUMOUR !!! (et j'aime pas bien la solitude...)

Je vais arrêté là les anecdotes pitoyables, j'ai VRAIMENT pas besoin de ça pour être ridicule et je sens que tu jubiles.

J'ai surtout écrit cette lettre pour que tu saches à quel point je méprise la façon dont tu te pavanes entre mon menton et mes clavicules et te dire que tu ne paies rien pour attendre. Continue à faire le mariole : j'aurais ta peau !

Bisou !

samedi 27 mai 2017

Mon amoureux et moi : nos 5 pires habitudes.

(j'suis très "liste" en ce moment...)
Cyril et moi avons fêté notre 6ème anniversaire le mois dernier et, outre le fait que ce soit un record national quand on sait le cas social que je suis, je dois avouer qu'on a vraiment des tocs de merde.

C'est dans tous les couples, mais j'avais envie de partager ça avec vous, même si j'ai un peu la honte et qu'il va l'avoir aussi quand il va voir cet article. (bisou)


  • Le matin, lorsque l'on part chacun vers nos boulots respectifs, c'est au premier qui enverra le texto suivant "Ce soir, comme toi ET comme toi". Ce qui signifie : ce soir, on mange ce que tu veux et on regarde ce que tu veux. Celui qui reçoit le texto en premier se fait donc bien niquer et doit réfléchir au repas et au film du soir. Par exemple, ce soir, j'ai perdu, alors ce sera Kebab (je finis tard et j'ai pas du tout envie de cuisiner...) et étant donné qu'il n'y a absolument rien à la télosh, faut que je trouve un film correct, qui nous plaira à tous les deux... Putain. #habitudereloue


  • On double les fins de phrases se terminant par un mot d'une syllabe... Alors ça, ça rend très con. "Alice, allez hop on va au bain-bain !" ou "T'as bien nettoyé les pieds-pieds ?" Très con j't'ai dit.


  • On s'appelle 2 ou 3 fois par jour. Une fois le matin, quand je pars au boulot et qu'il y est déjà, une fois à la pause de midi, et parfois le soir quand j'ai fini. Tout ça pour se dire... pas grand chose. "Ça va ? Ça s'est bien passé ce matin ? T'as eu du monde ? Alice a pas chouiné quand tu l'as déposé à l'école ? Ok, ma mère la récupère ce soir. Ouais. Ok, bisou, à ce soir, t'aime." Passionnant.


  • On s'endort TOUJOURS de la même manière. Il vient derrière moi en cuillère, serrés comme deux sangsues et, quand le sommeil m'emporte, je chuchote un "je peux venir ?", qu'il comprend de suite et qui le fait se retourner afin que je me place à mon tour de la même façon... Et là seulement, on finit par s'endormir. 

... Non mais en fait il fait flipper cet article. 😱

  • Tous les soirs depuis 6 ans, il me gratte le dos devant la télé. Pendant tout le film. Et ça, ça veut forcément dire que c'est l'homme de ma vie.
♥ 
Y'A TROP D'AMÛR !

Sois sympa, raconte-moi tes pires hontes habitudes aussi ! :) 

mardi 16 mai 2017

Mes nuits d'épouvantes

Je me demande si absolument tous les humains sont concernés par le problème parce-qu'en fait, je vois pas comment il peut en être autrement. Tu sais, avec tout ce qui se passe, tout ce qu'on a déjà vécu, les drames, la mort, la peur... Je sais pas comment font certain pour (avoir la chance de) dormir sur leurs deux oreilles.

Je suis insomniaque depuis ma tendre enfance, c'est apparemment génétique vu la qualité de sommeil pourrie de mon pauvre papa et, à l'aube de mes 33 printemps, je ne m'y suis toujours pas habituée.

La nuit, les ténèbres envahissent mon lit, je suis seule face au silence, face au néant. Les yeux écarquillés dans l'obscurité, j'imagine les pires scénarios, les pires drames, j'en oublie de respirer. Alors l'existence est vaine, je me demande ce que je fous là, comment je vais crever, combien je vais encore devoir en chier et pour combien de temps. La souffrance de mes proches, le cancer qui va les emporter un par un, la peine, la solitude, le manque... est-ce que j'aurais un jour à enterrer un de mes enfants, est-ce que je vais connaître le désespoir ultime ?... dans ma tête c'est germinal... Puis quand la terreur passe un peu, je reprends mon souffle et ravale ma salive, juste avant de passer à un scénario encore pire que le précédent. Je fais mon mea culpa en ressassant tout les moments où, souvent malgré moi, j'ai fais du mal à autrui, en serrant fort les yeux pour qu'ils puissent l'entendre, car je reste trop pudique pour le leur avouer, et je pardonne en retour ceux qui m'ont offensé, Amen.


Ça peut durer toute la nuit, 3h, ou une seule. 

Lorsque le jour se lève, un tantinet apaisée, je me sens con de ne pas réussir à me rendormir simplement en priant mon cerveau de bien vouloir fermer sa grosse gueule de merde parce-qu'après tout c'est la vie et on en a qu'une.
Mais la nuit revient, et rebelote. Ça peut m'arriver 5 nuits d'affilées, ou pas du tout de la semaine...


Je ne sais pas si tous les insomniaques le vivent comme ça, si mal en fait, ou si ça ne concerne que les anxieux maladifs. Est-ce qu'il existe des insomniaques qui le sont par petit tracas quotidiens, genre facture impayée, patron pas très sympa, fiston qui passe son bac... Je minimise pas les problèmes hein, je dis juste que c'est peut-être moins traumatisant, même si le résultat est le même.

J'ai essayé plein de trucs : me rapprocher du monde puis m'en couper catégoriquement... la méditation, la lecture, la télé, forcer mon cerveau à penser positif : ce fut dans tous les cas un échec cuisant.
Les cachets ne m'aideront pas non plus car ce n'est pas le sommeil mon problème, mais la cause de ce manque là. Je n'ai pas envie de camoufler le souci, je veux le régler.

Désolée, fallait que j'en parle.
T'as des astuces toi ? Comment tu t'en sors ?

mardi 2 mai 2017

Wishlist du mois de mai

Forcément, je décide de faire une wishlist le mois de mon anniversaire. Coïncidence ? Évidemment.

Je suis tellement à découvert que je me fais des paniers à 2000€ sans jamais valider. #aigritude
Je me suis dis que j'allais vous la partager, comme ça on sait jamais, si Paris Hilton passe par là et décide de devenir ma meilleure amie et de m'offrir des trucs, ça pourra l'aider.
(cliquez sur le nom des produits pour accéder aux liens ! 😊 )


1 - une jolie parure de lit
2 - de la vaisselle
3 - une nouvelle toile cirée
4 - une parure "de grande" pour Alice
5 - une guirlande lumineuse pour sa chambre
6 - un fauteuil "crapaud" pour la mienne
7 - bougie Yankee Candle XXL


1 - un pack Herbalife pour continuer ma démarche perte de poids
2 - la gamme capillaire Macadamia
3 - je veux teeeellement tester les produits Hellobody ! (bêêêêh)
4 - le masque egg pore white de Skin Food qui est une tuerie
5 - l'advanced Night repair d'Estée Lauder qui en est une également
6 - des masques tissus comme s'il en pleuvait
7 - le mascara Accessorize que j'adore
8 - des fards Colourpop par milliers car ce sont tout simplement les plus jolis fards de l'univers. 


1 - la licorne Starlily parce-qu'elle est vraiment trop chouette
2 - un nécessaire vidéo, pour m'y mettre enfin
3 - une fitbit, pour m'y mettre enfin également
4 - du sable magique, parce-que mon salon n'est pas assez en bordel
5 - la Nintendo Switch
6 - des jeux pour la 3DS

Ahlala, ça fait rêver. Putain de désir de surconsommation de merde va !
Bisous les bÔmbasses !

Top 10 de mes blogueuses/Youtubeuses/Instagrameuses préférées

Cet article, il mijote depuis longtemps.

On m'a demandé si j'avais des "influenceuses" favorites, et j'ai répondu quelque chose comme "Bof, deux ou trois ptêtre". Mais en fait pas du tout ! Je suis une vraie groupie. La plupart de ces jeunes femmes sont devenues des copines. Certaines virtuelles, d'autres réelles. Jamais j'aurai pensé découvrir des meufs aussi cool quand j'ai commencé mon blog en 2012. Eh oui, déjà.

Nous commençons ! (vous pouvez cliquer sur les pseudos en rose pour accéder au profil de chacune).

samedi 29 avril 2017

25 choses sur moi

Je t'avertis tout de suite: cet article hyper égocentrique ne va pas vraiment te donner envie de m'aimer plus.


01. Un jour j'ai fais croire à un mec que ma mère était la cousine germaine de Pierre Richard, parce-que je voulais le pécho et y'a rien d'autre qui m'est venu à l'esprit. Il m'a jamais rappelé.

samedi 15 avril 2017

Être une mère indigne : 5 astuces pour assumer complètement

Alors, si tu es enceinte, que tu te drogues, et que tu penses être rassurée en lisant ça, c'est raté. Je ne vais pas pouvoir t'aider, tu es foutue et tu devrais te suicider. Bisou.

Pour les autres, voici quelques conseils pour moins se ronger la glotte quand on prend des décisions un peu moisies concernant le bien de ses mouflets. 

mercredi 5 avril 2017

Éloge du jemenfoutisme.

J'avais pas d'autre idée de titre pour cet article...

Quand j'étais petite fille (j'adore quand ça commence comme ça), la question qui revenait le plus souvent était évidemment "Qu'est-ce que tu veux faire plus tard ?" Alors, pour ne pas décevoir certain, je répondais "maîtresse" ou "journaliste", parce-qu'avoir de l'ambition, c'est cool, puis ça peut aussi rendre fiers tes parents ou ta grand-mère... Seulement, la vraie réponse, celle que je disais en cachette dans ma tête ressemblait plutôt à "je sais pas et je m'en fous". La réponse ringarde, celle qui fait que les gens te déconsidèrent après tu sais...
Ma chère maman, pour me protéger de ces carriéristes-précoces, me chuchotait à l'oreille un bienveillant "T'occupes ma poulette, tu auras tout le temps d'y penser". Merci maman, parce-que franchement, les grands, y'a que ça qui les intéresse : ce que l'on va bien pouvoir devenir plus tard. Ce que l'on va bien pouvoir encaisser par mois plus tard, en fait.

Hélas, à l'âge où j'avais donc "tout le temps d'y penser", mon état d'esprit était toujours le même : je sais pas et j'en ai putain de rien à foutre. Le jemenfoutisme a grandit, et le langage fleuri avec.

mercredi 29 mars 2017

Le Monday Shadow Challenge : kézako ?

J'ai participé ce lundi à mon premier Monday Shadow Challenge, et certaines d'entre vous m'ont posé la question : mais de keske ça s'agit ?


mardi 21 mars 2017

BIOTYFULL Box : le chouette concept

Quel meilleur jour que celui du printemps pour te parler de la Biotyfull Box !?! ♥

Des box, il en existe des centaines et j'en ai testé au moins une dizaine. J'ai été ravie, puis très déçue.

Ma copine Alice travaille pour Biotyfull Box et c'est donc grâce à elle que j'ai pu testé la box du mois de mars !


lundi 13 mars 2017

BOTANICALS FRESH CARE : la nouvelle gamme capillaire écoresponsable par L'Oréal

Toi aussi ça te fait drôle de lire "écoresponsable" et "L'Oréal" dans la même phrase ?

Et pourtant. Cette année, L'Oréal s'engage.
Grâce à SAMPLEO, j'ai pu tester :

le shampoing à la coriandre pour cheveux fragiles

samedi 11 mars 2017

À toi, le parent (beaucoup trop) laxiste.

Non parce-qu'à un moment donné, il faut dire les choses.
Attention, je ne vais donner aucune leçon d'éducation, premièrement parce-que je dois être dans le top 10 des pires mères du monde et deuxièmement parce-que je m'en bas profondément la race de ce que tu fous avec tes mioches chez toi.

Seulement, il faut bien avouer que malgré nous, on est souvent confronté à la médiocrité parentale. En voici quelques exemples.

mercredi 22 février 2017

10 astuces pour penser à autre chose qu'à bouffer

Mon coaching en ligne (→ tu peux cliquer si tu veux tout savoir là-dessus) a été plutôt efficace sur le point motivation et positivité, mais il y a un vieux démon que je ne peux révoquer : mon rapport passionnel avec la bouffe.

Je me régale de faire des soupes, de manger sainement, de voir mon poids diminuer, mes fringues moins serrées, faire mes courses intelligemment... C'est agréable de vivre sainement, c'est adulte, moderne.

Mais il arrive un jour, obligatoirement, irrésistiblement, où j'ai envie, besoin, de nourriture-doudou. J'ai besoin de raclette, de la manger en fermant les yeux et en jouissant, de lui rouler des pelles. J'ai besoin de magret de canard avec sa purée de patates douce à la crème fraîche épaisse 8000%, j'ai besoin de lui dire que je l'aimerai toute ma vie, que je ne peux pas avancer sans elle, que je préfère sacrifier ma vie sexuelle et sociale pour lui consacrer tout mon amour jusqu'à la fin des temps.

Puis après je regrette, je me hais, je suis grosse et j'envoie tout se faire enculer.

lundi 13 février 2017

L'acceptation de tous les corps ou l'intelligente tolérance

On nous bassine depuis quelques paires d'années avec des luttes en tous genres contre des racismes en tous genres. Le racisme anti-noirs, anti-beurs, anti-blancs, anti-femmes. Vu qu'on a vite fait le tour, on a innové un peu, on en a créé d'autres : le racisme anti-blondes, anti-roux, anti-chti...
Une fois la totalité du genre humain évoquée, on s'est assis et on s'est dit "Bon, là c'est réglé, faut plus qu'on traite ni les noirs ni les chtis, ni les roux. Voilà. On est bien là."

Mais le naturel de l'homme revient au galop.

jeudi 26 janvier 2017

Pourquoi j'ai honte d'être mère (parfois)

HONTE quoi.

J'ai honte d'être assimilée à ces femelles couveuses qui ne parlent et ne vivent que via "leurs trésors, leurs souffles de vie, leurs perles, leur oxygène, _________ " (Rajoutez un synonyme de votre choix.)

J'ai toujours l'impression (et à force il m'a bien fallut admettre que ce n'était pas qu'une impression...) que j'ai 3 trains de retard. Quelques exemples sont là pour vous indiquer les situations gênantes dans lesquelles on peut se trouver quand on est une mère plutôt pas comme les autres.


Situation de honte n° 1 : T'es en soirée avec tes potes, tu bois, tu ris, et là ta copine-maman-reloue te regarde avec ses yeux soit-disant compréhensifs et lance, en t'incluant dans la phrase "Ils nous manquent nos p'tits bouts quand même hein ?" Euh... Pardon ? Elle est bourrée c'est ça ?
MAIS PUTAIN NON ! Laisse moi ! Parle pour toi ! Moi j'suis bien là, merde !
Pourquoi il faut que tu m'inclues dans ta vie de merde ? Et voilà, super, tout le monde me regarde d'un air condescendant compatissant maintenant et je vais être obligée de faire semblant d'être songeuse pour pas passer pour la mère fouettard. Pas merci.

Situation de honte n° 2 : A la terrasse d'un pub le soir avec les copines. Ta copine-maman-reloue se lève de table, il est 22h30, et dit à l'assemblée : "Désolée je dois y allée, Noé se lève tôt demain, j'ai des obligations, hihi ! Bonne soirée, bisou !". Tous les regards se tournent vers toi l'air de dire "Et toi, Alice elle se lève tôt aussi non ? Mère indigne." ... "Ouais mais moi je préfère me mettre la race et la laisser à ses grands-parents demain tu vois". Non, non Aude, ne dis rien.

Situation de honte n°3 : T'as passé le week-end à t'ivrogner et à te faire des soins des pieds pendant que ta poulette a regardé 6 fois d'affiler "Les Aristochats" : un bon week-end quoi. Quand "Béa" arrive et te montre les photos de sa reproduction du Louvre en pâte-à-sel, réalisée avec ses 4 "merveilles" dimanche après-midi. Tu sais, ce même dimanche où toi tu suppliais ton unique gosse de LA FERMEEEER MAMAN DÉCUUUVE MEEERDE !!! Voilà, ce dimanche là...

Situation de honte n°4 : Sur les frigos des parents biens, y'a TOUS les dessins de Prodige-né depuis qu'il est venu au monde. Moi, j'en ai jeté 9 sur 10... Non mais c'était moche, j'vous jure.

Situation de honte n°5 : 17h. Tous les parents arrivent à l'école pour récupérer leurs enfants, comme des robots fourmis, ils se dirigent là où se trouve leur gamin. On est en janvier, et je sais toujours pas où est sa classe...

Situation de honte n°6"Tu sais les gosses, faut les laisser s'exprimer, ça les épanoui. Tu vois là par exemple, Killian hurle mais c'est pour extérioriser son mal-être intérieur profond. C'est son auto-psychothérapie tu vois ?" Putain la mienne elle a même pas le droit de hausser le ton seulement. "Ah mais si si, tu DOIS la laisser faire. Comme pour les objets tu vois, même s'ils cassent, c'est pas grave, c'est l'apprentissage". T'as raison ouais, pose un doigt sur la télécommande j'te dévisse la tête. "Mais la fessée est interd..." PAN PAN !

Situation de honte n°7 : "KEEEUUUUWWWAAA ???? T'as jamais amené ta fille au manège alors qu'elle va avoir 3 ans ???!!! Mais LA PAAAUVRE !! C'est trop porrible, c'est trop pignoble !" Ah. Ok, pardon, vraiment, je savais pas que c'était vital et que ça rendait les gosses vachement plus heureux et intelligents. De toute évidence ça a pas l'air de fonctionner avec les tiens en tous cas. Allez bisou, je dois y aller j'ai rien à faire !

Situation de honte n°8 : - "Ouais Aude c'est Nath', ça te dit qu'on aille au parc amener les gosses cet aprèm ? Tu sais, ils jouent ensemble et comme ça nous on est deux aussi, on se fait moins chier !" 
- Ok, je prends un pack de bière ? Il fait beau, on pourra...
- Non mais Aude, pas avec les enfants, quand même allons...
- Ah. Bon beh du coup j'te laisse Alice s'tu veux ?
Biiiip... Biiiip... Biiiiip..."  Nota bene : Penser à supprimer Nath' du répertoire.


La moitié des lecteurs de cet article vont se vexer car ils vont se reconnaître, l'autre moitié va appelé la DDASS. Mais je voulais quand même vous dire que malgré tout ce que je fais (apparemment..) SUBIR à ma fille, elle est calme, gentille, câline, elle ne touche à rien, même chez les autres, elle sait qu'elle n'a pas le droit. C'est une sale gosse comme les autres, elle a son caractère (de merde), mais on essaie de faire en sorte de pas être évités par la totalité de notre entourage pour cause de mouflet relou.

Dans tous les cas et une bonne fois pour toute : que chacun se mêle de son trou de balle, (nous et) nos enfants ne s'en porteront que mieux.

Bisou !

samedi 21 janvier 2017

Bilan 2016 : coaching, perte de poids et cheminement vers le "moi en mieux"

Non j'te rassure de suite, j'ai pas viré "healthy-fit-mes-couilles-en-shorty". Je suis bien trop débauchée pour ça.
Mais on est toujours en janvier, j'ai LE DROIT de faire un article-bilan.

Plutôt que de faire un billet sur les bonnes résolutions à venir, j'ai préféré en faire un sur celles que je n'ai pas tenu en 2016.